Des lettres d’amour triste



Lettres de tristesses


Lettre d’amour triste1

J'ai peur de la prochaine histoire à venir, qu'elle ne ressemble pas à la notre ou qu'elle finisse comme elle. J'ai peur de ne pas te retrouver, d'avoir perdu le sentiment qui m'habitait lorsqu'on parlait. J'ai peur de ne plus être capable d'aimer un autre que toi, enfin, j'ai peur de ne pas en avoir envie. J'ai peur que ce soit la fin de tout commencement, j'ai peur de l'avoir mérité. Peur. Peur. Peur. C'est bien la seule trace qu'il reste de notre histoire, le seul sentiment qui vaut peut-être encore la peine d'être ressenti.


Lettre d’amour triste2

J'ai simplement l'impression que le ciel me tombe sur la tête et que plus rien n'a de sens. Je suis fatiguée de tout ça, fatiguée de devoir me battre pour tout ce que tu ne me donneras jamais. Peut-être parce que tu ne nous vois pas comme moi je le fais, peut-être que j'en attend trop de toi ou encore, peut-être que tu ne m'aimes pas assez ou tu ne l'as jamais fait. A vrai dire, j'ai l'impression que si c'était le cas, ça ferait moins mal que là maintenant, parce qu'il y aurait une raison valable, là il y en a aucune et je suis la seule à souffrir dans cette histoire, je suis la seule à m'accrocher à quelque chose qui n'arrivera sans doute jamais, nous deux. Et je ne cesse de me répéter dans mes mots, d'avoir les mêmes discours à langueur de journée, de dire à qui veut l'entendre que je m'en fiche totalement et que passer à autre chose ne me dérange pas plus que ça. J'en ai marre de porter ce masque, je veux seulement que tu saches que j'aurai tellement voulu qu'on soit ce couple, pas parfait, mais celui qui aurait su que malgré tout, l'autre était là. Alors je te demande pardon d'avoir cru à des messages que tu n'envoyais pas, je te demande pardon de toujours avoir voulu plus que ce que tu ne pouvais me donner. Alors ceci est la fin, le ciel me tombe sur la tête et je suis à bout de souffle.


Lettre d’amour triste3

Tu ne m'as pas demandé mon avis, t'as seulement décidé de t'en aller. Comme si cela ne changeait rien pour moi, comme si j'étais tellement indifférente à chacune de tes paroles. C'est toi qui abandonné le premier tu sais. Je t'ai laissé faire parce que je t'avais trop longtemps couru après et que peut-être, je m'attendais à ce que tu rendes comptes qu'on était fait pour être ensemble. Je sais que c'est absurde et que cela n'a aucun sens, mais je suis toujours incapable de comprendre ce que j'avais de moins que les autres. Pourquoi tu n'y arrives pas avec moi ? Pourquoi tu n'essayes pas de me garder près de toi ? Pourquoi est-ce que je dois toujours me sentir obligée de te dire que tu me manques alors que tu t'en fiches totalement ? Je ne comprends plus et je ne sais pas si j'en ai encore envie.


Lettre d’amour triste4

Tu sais, j'arrête pas de me comparer à elles, à me demander ce qu'elles ont de plus que moi, à me dire qu'elles sont bien plus jolies, plus drôles et plus attirantes que moi. Je comprends pas pourquoi ça ne fonctionne pas entre nous, je comprends pas qu'est-ce que j'ai dis ou fais, pourquoi elles et pas moi ? Qu'est-ce qu'elles t'ont apporté que moi je ne peux pas ? Qu'est-ce qui cloche chez moi ? Parce que j'ai beau t'attendre, te parler, j'ai beau essayé de te garder près de moi, j'ai l'impression que tu fuis toujours et qu'au final je me retrouve de nouveau seul ... Dis-moi parce que c'est entrain de me tuer, parce que j'en peux plus de voir apparaître leurs photos sur facebook et me dire qu'elles t'ont eu et que moi, je n'ai jamais eu droit à tout ce bonheur.


Lettre d’amour triste5

Aussi idiot que cela puisse paraître, je t'aimais. J'aurais été prête à faire n'importe quoi pour toi, si seulement tu me l'avais demandé ou seulement donné l'occasion. Tu sais, je ne demandais rien en échange, je voulais seulement que tu sois là, présent dans les bons comme dans les mauvais moments. Et si tu veux savoir, je me sens tellement bête, idiote, naïve. Parce que malgré tout, tu me manques. Me voir avec un autre garçon me parait impossible et pour tant, toi tu ne rates aucune occasion. Comment est-ce que tu veux que je t'oublie, si toi, tu es toujours là ? Le problème, c'est que j'ai pas envie de t'oublier. Je veux qu'on retrouve ce qu'on avait, j'en ai besoin, même si tu n'es là que en tant qu'ami, je serai heureuse parce que c'est atroce de se sentir aussi vide sans quelqu'un. Reviens, je t'en supplie, c'est tout ce que je te demande.


Lettre d’amour triste6

Aujourd'hui, je l'ai évité encore plus que d'habitude. Je me suis enfermée en classe avant que la cloche sonne, je n'ai pas attendue dans les couloirs pour le voir et j'ai monté les escaliers bien plus vite que d'habitude. C'est la saint valentin et aujourd'hui, je pense à toi encore plus que d'habitude. Je n'ai pas besoin de recevoir de messages me disant que tu me souhaites bonne fête, je n'ai pas besoin que tu m'offres des fleurs ou quoi que ce soit d'autres, tout ce que je souhaitai, je te l'ai déjà dit et tu as été incapable de me le donner. Alors non, je n'ai pas besoin d'une fête pour me rappeler à quel point je suis seule et à quel point mon cœur se déchire quand je te vois me sourire comme si de rien n'était. La journée des amoureux ? Il faudrait une journée pour les cœurs brisés, pour qu'ils se sentent moins seuls, pas pour ceux qui ont déjà quelqu'un pour les relever.


Lettre d’amour triste7

Ce qui m'effraie le plus, c'est d'apprendre à sourire sans toi. C'est me lever tous les matins en espérant que tu m'aies envoyé un message pendant la nuit et ça tout le reste de ma vie. J'ai peur de pas réussir à oublier toutes tes belles paroles, de continuer à y croire malgré moi alors que toi tu les as oublié. J'ai peur de m'habituer au fait de vivre seulement lorsque tu me regardes, me parles, me touches, comme si rien d'autre n'avait de sens et que sans toi je n'étais que l'ombre de moi-même. J'ai peur de me résoudre à l'idée que c'est seulement toi que je veux et que le reste n'a plus d'importance. J'ai peur de continuer à m'accrocher à nos souvenirs, j'ai peur de passer dans les parcs, les rues, les restaurants et tous ces endroit où on a passé des heures à rire ensemble, j'en ai peur parce que tu ne seras plus là, j'en ai peur parce que tu ne m'accordes plus d'importance, du moins plus autant qu'avant. J'ai tellement peur de ne jamais réussir à t'oublier, de rester coincer dans mes souvenirs, de ne plus être apte à contrôler ma vie.